Gestion des risques : le principe de précaution favorise l'innovation

28 janv 2013 à 09h45 par Denis Cheminade
Avec 18 mois de retard, dus semble-t-il à "d'importe pressions sur le contenu du texte", l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) vient de publier son rapport "Signaux précoces et leçons tardices : science, précaution, innovation". Ce rapport fait suite à un premier rapport (2001) qui mettait en évidence comment des signes annociateurs d'effets indésirables du réchauffement climatique sont cachés ou ignorés


Un exercice difficile :


Le rapport pointe la difficulté de l'exercice. Les phénomènes sont complexes et li est difficile d'attribuer de manière sure et certaine une cause à un effet. Au contraire lezs différents effets peuvent avoir des causes multiples ce qui suppose de renouveller l'approche de ces questions.

Qui cause des dégâts, les répare :


Le principe pollueur-payeur : les décideurs devraient réagir plus rapidement et généraliser le principe : qui cause des dommages les répare

La prudence encourage l'innovation :


De manière générale, l’AEE appelle à privilégier le principe de précaution, d’autant que les technologies sont adoptées plus rapidement et à plus grande échelle que par le passé. Ce rapport montre également que, loin d’étouffer l’innovation, l’application du principe de précaution a tendance à la stimuler. L’AEE encourage également de nouvelles formes de gouvernance favorisant une plus grande interaction entre les entreprises, les gouvernements et les citoyens.

Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Combien font trois plus deux ? (chiffres)