Label éco quartier et sport : peut mieux faire

14 déc 2012 à 09h13 par Denis Cheminade
C'est à Brétigny sur Orge, le 14 Décembre 2012 que Cécile Duflot lancera le "label EcoQuartier". Un label nécessaire quand on voit la profusion des annonces dont on ne sait pas ce qu'elles recouvrent. Un travail intéressant mais qui témoigne encore de la difficulté pour le ministère de mettre la dimension sociale à la hauteur de la dimension environnement.

Le palmares national EcoQuartier

Dans le cadre du plan Ville Durable, le ministère de l'écologie attribue depuis deux années des récompenses dans le cadre d'un appel à projet d'EcoQuartiers. Selon le ministère, un EcoQuartier est un "levier d'action vers une ville durable. Il doit proposer des logements pour tous dans un cadre de qualité, tout en limitant son empreinte écologique". Le lien vers le site du ministère de l'environnement ville durable, Aménagement et construction durable

EcoQuartier une appellation non contrôlée...

Malheureusement le terme EcoQuartier est un terme passé dans le langage courant. Tout le monde le revendique et les initiatives ne manquent pas. De la DIRECTE Ile de France qui avait travaillé à des lignes directrices aux initiatives privées comme Le site éco-quartier.

Un label pour distinguer les "vrais EcoQuartiers" des autres

Difficile d'y voir clair. Aussi la Direction de la Ville Durable, s'appuyant sur l'expérience de deux appels à projets à conçu un label EcoQuartier donnant lieu à une reconnaissance des pouvoirs publics. C'est ce label qui sera présenté le vendredi 14 décembre. Il est contruit autour :
  • d'une démarche (signature de la charte écoquartier, admission à la démarche puis obtention du label)
  • de 20 engagements couvrant la gouvernance, le social, l'économique et l'environnement.
Télécharger le dossier

Des faiblesses congénitales ?

Beaucoup de choses intéressantes dans ce dossier. Des éléments qui relèvent de l'expertise et qui seront reconnues par tous. Des éléments plus politiques comme la mention à l'économie sociale et solidaire (mais c'est légitime de la part du gouvernement d'orienter cet outil pour qu'il s'inscrive dans le cadre de ses politiques). Mais aussi des faiblesses congénitales que l'on peut attribuer sans doute à la manière dont les "milieux de l'environnement" travaillent oubliant souvent de s'ouvrir à des "parties prenantes" non issues de leur sérail (On se rappelle qu'il a été répondu par la négative aux demandes du mouvement sportif de participer au Grenelle puis à la Conférence).

Un volet social pris en compte à travers le prisme de l'environnement et de la construction

C'est l'histoire et on a bien du mal à en sortir. En France Développement Durable se conjugue encore prioritairement sous l'angle de l'environnement. Le Grenelle a été celui de l'environnement. La conférence qui en a pris le relais a été environnementale. On sent la même influence dans le EcoQuartier. Ainsi la dimension sociale est abordée à travers le cadre de vie, les usages et l'amélioration du quotidien :
  • Lutte contre l'étalement urbain
  • Mixité sociale
  • Nuisances et sécurité
  • Qualité architecturale
  • Patrimoine local

Une vision restrictive des services dont les populations ont besoin

La question des services apportés à la population est abordée à travers la relation au territoire. Sur les 5 engagements, un seul concerne la diversité des fonctions à assurer dans le territoire. Il liste les indicateurs : surfaces de bureaux, surface de services et commerces, accessibilité aux fonctions fondamentales... Une catégorie Autres doit permettre de prendre en compte les éléments de qualité de vie des habitants non cités dans le dossier. C'est sans doute là que se situeront le sport et les activités sportives.

Peut mieux faire

On regrettera cette vision restrictive. Alors que les choix de résidence sont dictés, non seulement par la présence de commerces, de services de santé, de sécurité ou de patrimoine on sait qu'ils sont aussi dictés par la capacité de trouver une école pour les enfants, de leur permettre de faire du sport, d'accéder à la piscine, au stade. Le label fait la portion congrue à ces demandes. C'est naturellement dommage. Espérons que le label évoluera à l'avenir pour palier ce qui pour nous constitue un manque.

Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
En quelle année était-on en juillet 2006 ?