Construction des équipements sportifs : les critères verts stagnent

22 oct 2012 à 09h07 par Denis Cheminade
Un organisme de qualification (OPQIBI : ingénierie) vient d'actualiser son enquête sur les critères de sélection retenus par les donneurs d'ordre public pour choisir leurs prestataires dans le domaine de la construction. La prise en compte des critères de développement durable a cessé de progresser.
Même si les critères environnementaux sont pris en compte dans 67.5 % des cas, ils concernent surtout l'exécution des travaux. C'est par exemple l'effet chantier propre de la HQE, une cible facile à atteindre, qui au plan local évite bien des heurts avec les riverains mais qui n'a pas grand sens au plan sportif.
Les exigences liées à la performance sociale viennent seulement en 5éme position avec 30 % et la performance énergétique en avant dernière position avec 10 %.

Sans surprise la valeur technique, le prix, la qualité de l'offre et les délais tiennent le haut des critères de sélection tandis que le caractère esthétique et fonctionnel apparaît bon dernier (seulement 6 % toujours et 30 % parfois)

Des choix qui sont à la limite inquiétants, surtout s'ils sont vérifiés pour ce qui concerne l'énergie et la fonctionnalité dans les équipements sportifs.

Cette enquête large porte sur l'ensemble des commandes. Si un traitement secondaire était possible, il resterait à vérifier comment ces critères sont pris en compte dans le domaine des équipements sportifs. On peut douter qu'ils soient pris en traités différemment compte-tenu de la manière dont les marchés sont traités dans les collectivités ou souvent les services des sports ne sont pas associés à la passation des marchés.

Il faudrait pourtant faire mieux !

Le lien avec l'article du moniteur



Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Quel est le pluriel de "axe" ?