Bruit des aérodromes : un projet de décret mis en consultation

22 août 2012 à 08h38 par Denis Cheminade
Le ministère de l’Ecologie recueille jusqu’au 15 septembre l’avis du public sur un projet de décret relatif aux modalités d’élaboration des plans d’exposition au bruit de certains aérodromes.

Exposition au bruit des aérodromes

(D'après le Moniteur)
Un projet de décret, soumis à consultation publique, vise à adapter, dans le Code de l’urbanisme, les modalités d’élaboration des plans d’exposition au bruit pour les aérodromes supportant un trafic limité et irrégulier. Sont visés les aérodromes de petite taille et ceux de type militaire qui accueillent des avions de chasse.
Le plan d’exposition au bruit, rappelle la note de présentation du texte, « est un document d’urbanisme dont l’objectif est d’empêcher de nouvelles populations de s’installer dans les zones soumises au bruit des aéronefs ». Le projet de décret permettrait notamment de « laisser une plus grande marge de manœuvre aux préfets dans la prise en compte du contexte local de chaque aérodrome ».
La consultation publique sera clôturée le 15 septembre.
(Illustration : carte de bruit de l'aérodrome de Pau)

Les sports aériens particulièrement concernés


Notre société est de plus en plus intolérante au bruit : bruit des voisins, bruit des artisans... Bruits des activités sportives aussi : riverains des jeux de boules (claquement des boules), des terrains de sports et gymnases... et naturellement des aérodromes.
L'activité irrégulière des aérodromes civils laisse à penser que le site est silencieux. Beaucoup de gens s'installent et découvrent ensuite que l'endroit peut-être bruyant. Le plus simple est alors de faire interdire l'activité. Ces préoccupations rencontrent parfois les intérêts des collectivités soucieuses de récupérer pour des opérations d'aménagement ou immobilières des terrains rattrapés par l'urbanisation, plats et généralement bien placés (Saumur, Colmar par exemple).

De gros efforts accomplis par les sports aériens


La techonologie vient aider les sports aériens pour limiter les impacts sonores (et plus) de leurs activités. Moteurs plus silencieux, hélice à quatre pales des avions largueurs du parachutisme, treuillage électrique pour l'envol des parapentes et planeurs. Les sports aériens les adoptent au prix de lourds investissements. Sans être forcément récompensés, les plaintes demeurent.

Le projet de décret


(Extrait de l'exposé des motifs)

"Le plan d’exposition au bruit est un document d’urbanisme dont l’objectif est d’empêcher de nouvelles populations de s’installer dans les zones soumises au bruit des aéronefs. Les modalités actuelles d’élaboration des plans d’exposition au bruit des aérodromes ne sont pas adaptées à certaines catégories d’aérodromes :
- les aérodromes de petite taille qui accueillent un trafic irrégulier et généralement faible,
- ceux des aérodromes militaires susceptibles d’accueillir des activités d'avions de chasse.
En conséquence, le présent décret a pour objet d’adapter ces modalités d’élaboration pour ces aérodromes, afin d’assurer une protection efficace des zones périaéroportuaires en matière d’urbanisme et d'éviter l’installation de nouvelles populations dans les zones de bruit.
"

Le projet de décret
Consiste en une modification des modes de calcul des zones de bruit ce qui le rend particulièrement imperméable au "non spécialiste". Raison de plus pour que les spécialistes des diciplines et le CNOSF (conseil interfédéral des sports aériens) s'en emparent.

La question de la représentation des sports et des sports de nature et de la consultation du public

Quand on remarque que le bruit dispose d'un conseil national du bruit, d'associations nationales soutenues par les pouvoirs publics et d'associations microscopiques de riverains ayant un large pouvoir au sein de ces instances on ne peut que s'étonner du peu de pouvoir accordé aux organisations qui représentent les sportifs sur ces questions. Depuis la disparition du Conseil National des Espaces Sites et Itinéraires (CNESI) et du CNAPS quelles structures sont capables de prendre le relais ? La conférence nationale du sport peut-être, encore faudrait-il qu'elle fasse place dans ses instances à ce type de question...

Concernant le projet de décret on espère que les fédérations sportives des sports aériens auront été consultées en amont et quelles auront participé à l'élaboration du texte car la date de mise en consultation, le 2 Août, dans la torpeur de l'été et alors que tout le monde est sur le terrain, ressemble à des méthodes qu'on croyait d'un autre temps. Si elles n'ont pas été consultées, il est temps pour elles de mettre leur spécialistes sur la question.

Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Inscrivez le nombre onze en chiffres