Transport et qualité de l'air: lien prouvé aussi par le sport

20 juil 2012 à 07h14 par Denis Cheminade
Les jours de grève du métro, la pollution de l’air augmente de 75% à Sao Paulo. Ces résultats ont été obtenus en comparant les taux de pollution entre des jours où le réseau fonctionne normalement et ceux de deux journées de grève du système de transport en 2003 et 2006
« Dans le premier cas, la concentration de particules exprimée en gramme par mètre cube a atteint 101,49 et dans le second cas 78,02 alors qu’un jour normal la pollution atteint 43,99 grammes par mètre cube », rapporte le site Tierramérica le 9 juillet.


Le Marathon du Tampon améliore la qualité de l'air :


Même constat en 2009 lors du Marathon du Tampon, commune des hauts de la Réunion. L'organisation du Marathon a coincidé avec une journée sans voiture. Résultat : les relevé de qualité d'air ont été améliorés pendant la durée de la fermeture des voies à la circulation automobile.


Un effet immédiat !

Ce qui est particulièrement frappant c'est de voir la relation très directe entere qualité de l'air et circulation. L'amélioration (ou son contraire) est d'effet immédiat.

Les transports collectifs, sont bons aussi pour les sportifs !

Lors des manifestations recourir à des transports à faible émission de carbone n'est pas seulement une nécessité pour le long terme et le réchauffement climatique. Les circulations automobiles dues aux déplacements liés au sport impactent directement la qualité de l'air respiré pendant les activités sportives. En réfléchissant à une organisation vertueuse des transports, les organisateurs prennent en compte aussi le confort et la santé de leurs compétiteurs et spectateurs.

Envie de réagir, laissez nous un commentaire

Les commentaires de ce billet sont fermés