Bruit des installations sportives en ville : rapport du Conseil national du bruit sur les city stades

23 mai 2012 à 16h16 par Denis Cheminade
Le Conseil National du bruit appelle "city stade" les aires sportives de proximité. Dans le prolongement d'un travail qu'il avait effectué sur l'iompact sonore des sports motorisés, le conseil vient de publier un rapport sur ce sujet. Un rapport utile mais qui évite les problèmes qui fâchent.
Après un état des lieux, le rapport avance trois propositions.
 La première consiste à exiger, par le biais de l’arrêté préfectoral réglementant les bruits de voisinage, que l’implantation d’une aire multisports s’accompagne de la production d’une notice ou d’une étude d’impact des nuisances sonores. La seconde recommande d’élaborer un modèle d’arrêté municipal réglementant l’utilisation d’un équipement sportif de proximité. La dernière proposition rassemble un bouquet de mesures de précaution incluant : d’éloigner l’aire des zones habitées ; de supprimer l’éclairage en période nocturne ; de prévoir des filets pour éviter que les ballons sortent de l’aire ; de privilégier les revêtements et équipements limitant les bruits d’impact ; d’empêcher l’accès des aires aux véhicules à moteur.
Les propositions n°2 et n°3 seraient formalisées par un guide à destination des maîtres d’ouvrage, à paraître courant 2012. Le groupe de travail émet par ailleurs le souhait que soit introduite dans le code de l’urbanisme une disposition selon laquelle l’implantation d’une aire multisports de proximité soit subordonnée au dépôt d’une déclaration de travaux ou d’une demande de permis de construire.
Les propositions du rapport sont de bon sens, utiles et relativement modérées. Mais comme souvent dans les problèmes de voisinage ce sont les comportements qui posent problème plus que les équipements en eux-même. Et notre société développe une intolérance au bruit : interdiction de faire sonner les cloches des églises comme des pendules des mairies, chant du coq... Il en est de même en ville ou les parents s'offusquent des claquements des boules de pétanque pendant le sommeil des petits, où les âgés sont excédés des bruits de rebonds de ballon, où tout le monde souhaite au-delà d'une certaine heure que les bruits de conversations s'arrêtent. Déplacer les équipements pour les mettre à l'écart des habitations ne résoud rien. Ils cessent d'être fréquentés ou sont accaparés par des groupes.
Le rapport le relève dans son état des lieux, lorsque les conflits sont installés ils deviennent très difficiles à dénouer. Il faut prévenir. Les questions de la conception et la planification de ces équipements en sont une partie. Imaginer qu'ils puissent fonctionner sans un accompagnerment humain n'est pas réaliste. Mais sans doute, en évitant cette question  le rapport a-t-il voulu éviter de proposer aux collectivités des dépenses jugées importantes. Ce n'est que reculer pour mieux sauter.



Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Combien font trois fois deux ? (chiffres)