Sports, véhicules et carburants verts : quelles perspectives ?

31 janv 2012 à 08h47 par Denis Cheminade
Les premiers bilans carbones conduit dans les fédérations le confirment : les transports représentent plus de 90 % (quelquefois 98 %) des émissions de gaz à effet de serre. Tout est bon pour réduire l'impact sur le changement climatique. Parmi les solutions envisagées : améliorer le parc des véhicules, recourir à de nouveaux carburants. Dans ces domaines, il semble bien que les résultats risquent encore de se faire attendre.
émissions de CO2 des différents types de véhicules Pour améliorer les performances du sport dans le domaine des transports, l'utilisation de véhicules "plus propres", l'utilisation des carburants "verts", conduits de manière améliorée ont un avantage certain : ils ne remettent pas en cause les habitudes de déplacement. Chacun pourrait continuer à utiliser des véhicules particuliers, accumuler les kilomètres et au final avoir un bilan positif pour la planète. Il semble bien que la lenteur des avancées technologiques dans ces domaines ne permettent pas d'obtenir des résultats avant plusieurs dizaines d'années.

En 2009 une note stratégique de l'ADEME   montrait que les véhicules électriques n'étaient pas aussi vertueux en matière de production de gaz à effet de serre qu'espéré : 162 g/km pour les véhicules thermiques contre environ 110 g/km pour les véhicules électriques (pur une consiommation calculée du puits de pétrole à la roue). Et encore ce calcul s'appuyait sur un calcule de l'énergie favorable puuisqu'il prennnait en compte une part d'énergie nucléaire importante, part qui ne cessera de décliner. Véhicules thermiques et véhicules électriques sont en comptétition. Une compétition permanente comme en témoigne une étude de l'institut allemand d'écologie qui montre que si les véhicules électriques (hybrides compris) représentaient en 2030 environ 14 % du parc allemand cela entraînerait une baisse de 6 % des émissions mais que dans le même temps, si les véhicules thermiques gagnent dortement en efficacité énergétique cela permettrait des baisses de 23 % de ces émissions. Véhicules électriques et véhicules thermiques, le débat continue.

Même éclairage sur le front des carburants propres. Dans sa rubrique environnement sur Europe1, Brigitte BEJEAN fait état du bilan énergétique des biocarburants (exprimé en g de Co2/megajoule pour l'ensemble du cycle de vie du carburant)

 
Bilan énergétique comparé du pétrole et des biocarburants
Biodiesel (plantes huileuses ) Huile de palme 105
  Soja 103
  Colza 95
Pétrole   87
Bioéthanol Betterave 34
  Canne à sucre 36
  Maïs 43
  Blé 35-45
     

Encore ne s'agit-il que du bilan énergétique qui ne prend pas en compte l'ensemble des effets liés aux productions (effet sur l'eau, pollution de sols, consommation d'espaces, alimentation humaine : avec le plein en éthanol d'un 4x4 on pourrait nourrir un homme pendant une année !...)

Plus que jamais l'effort du sport doit concerner la réduction du nombre de kilomètres parcours par chaque sportif et le recours, partout ou c'est possible à l'usage des moyens "doux" marche à pied et vélo.
 

Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Combien font six plus un ? (chiffres)