Déplacements sportifs : faire du vélo une priorité

14 janv 2012 à 16h03 par Denis Cheminade
Une part importante des déplacements sportifs est constituée par des déplacements "de proximité" pour les trajets domicile - installations sportives. L'essentiel de ceux-ci sont réalisés en véhicules utilisant des ressources fossiles et produisant des gaz à effet de serre. Faire évoluer ces pratiques pour généraliser l'usage des transports "doux" doit devenir une priorité. Si les sportifs ont des efforts (individuels ou collectifs) à accomplir, ils dépendent aussi des politiques publiques qui organiseront une pratique sûre et aisée du vélo utilitaire.


Alors que le gouvernement dévoilera son plan vélo le 26 Janvier, le club des villes et territoires cyclables (1 100 collectivités adhérentes) vient de faire connaître 10 propositions. Ces propositions s'appuient sur une étude conduite auprès des membres de l'association qui révèle que les collectivités sont à la manoeuvre alors que ni le Grenelle de l'environnement, ni le Plan de relance ou le Grand emprunt n'ont inscrit de mesures en faveur du vélo. Consulter la synthèse de l'étude

Les freins à l'usage du vélo pour les déplacements sportifs de proximité sont connus. Au premier rang la sécurité. Comment des parents accepteraient-ils de laisser leurs enfants se rendre au gymnase ou au stade à vélo quand les jeunes se retrouvent mêlés à la circulation automobile ? La desserte des équipements sportifs en site propre (voies cyclables) doit devenir une priorité au même titre que leur desserte en transports collectifs. En second lieu c'est le problème du stationnement des vélos qui est à régler. Protéger le matériel du vol et du vandalisme est un préalable à la généralisation de l'usage du vélo.

Pourtant les bienfaits à retirer de l'usage du vélo pour les déplacements sportifs de proximité sont évidents :
  • Environnementaux : dans le cadre de la lutte contre l'effet de serre
  • Economiques : en diminuant le poids des transports de proximité dans le budget transport des ménages. Ceux-ci constituant le plus souvent le poste le plus important.
  • Santé : une 1/2 h de vélo par jour c'est 1 000 € par an économisé pour la sécurité sociale, c'est lutter contre l'obésité, les maladies cardio vasculaires...
  • ...
Il est temps de passer des intentions aux actes. Les dix propositions du club des villes et territoires cyclables sont sans aucun doute une bonne base de départ.

10 propositions pour « le vélo pour tous, un vélo pour chacun »

1. L'affectation de 10% du budget des routes nationales et autoroutes pour l'aménagement d'itinéraires vélo.

2. Le jalonnement rapide des grands itinéraires de véloroutes et voies vertes.

3. La relance de la démarche "Code de la rue".

4. La mise en œuvre d'un plan ambitieux de développement du stationnement.

5. Le déploiement du marquage des vélos à l'échelle du territoire pour lutter contre le vol (système Bicycode géré par la FUB – Fédération française des usagers de la bicyclette).

6. "Le vélo quotidien, c'est bon pour la santé" : une campagne de communication annuelle sur le thème.

7. Un déploiement à l’échelle nationale des actions d’apprentissage du vélo (partenariat associations et collectivités locales). Des financements pour développer les vélo-écoles.

8. Un programme pour le développement du vélo auprès des salariés, avec, notamment, des exonérations fiscales pour les entreprises qui mettent des vélos à la disposition des salariés (prêt gratuit ou avec option d’achat, centrale d’achat…).

9. Une indemnité kilométrique vélo. La participation de l’employeur aux frais de déplacement domicile/travail exonérée de charges et non imposable pour le salarié (sur le modèle belge : 0,21 euro/km, cumulable sous condition avec l’indemnité transport public).

10. « Le vélo citoyen » : une grande campagne de communication pour valoriser toutes les pratiques du vélo.



Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Combien font six plus deux ? (chiffres)