Sports d'hiver : le Grand Tetra empêche l'extention d'un projet de station de ski dans les pyrennées

04 janv 2012 à 09h24 par Denis Cheminade
Le Grand Tetra et de nombreuses considérations environnementales ont abouties à l'annulation d'un permis d'extention de la station de ski de Mijanès dans l'Ariège. Pour consolider sa décision le tribunal fait aussi valoir,  que en raison du recul de l'enneigement, ce projet était économiquement incertain.
(D'après  GoodPlanet - AFP)
 La justice vient d'annuler le projet d'extension d'une petite station de ski de l'Ariège parce qu'il menaçait le grand tétras, oiseau emblématique et vulnérable des Pyrénées, et son bien-fondé économique n'était pas certain dans une zone à l'enneigement aléatoire.

Les associations Comité écologique ariégeois et Nature Midi-Pyrénées, qui avaient attaqué l'arrêté préfectoral de 2007 autorisant le projet, se sont réjouies d'une "excellente nouvelle pour la nature et pour le contribuable".

Le projet d'agrandir la petite station de ski familiale de Mijanès, qui fête cette année ses 50 ans, prévoyait l'installation d'un téléski de 730 mètres et la création de trois pistes de 4,8 km, 1.500 et 700 mètres.

Dans un jugement du 1er décembre, le tribunal administratif de Toulouse a estimé qu'une partie du projet aurait "nécessairement un impact négatif sur la population de grands tétras des Pyrénées", ou grands coqs de bruyère.

La population directement affectée n'excède pas une vingtaine de sujets en hiver, note le tribunal. Mais le nouveau domaine skiable serait situé au coeur d'une zone géographique où les populations de grands tétras sont fragmentées; il pourrait donc avoir des effets néfastes sur toute l'aire de répartition de l'animal, voire "aboutir à sa disparition de l'est des Pyrénées", poursuivent les juges.

Le grand tétras est un oiseau forestier de montagne dont la population a considérablement décliné au cours des dernières décennies, au point d'être classé vulnérable, voire en danger pour l'une des sous-espèces. Lourd au décollage, il est une proie facile pour les chasseurs. Il a aussi beaucoup souffert des modifications de son milieu.

Il subsiste en France dans les Pyrénées, les Vosges, le Jura et les Cévennes.

Le projet d'extension empiéterait aussi sur un site vierge et aurait une incidence significative sur les paysages et des milieux biologiques remarquables, avec leurs landes à rhododendrons ou leurs buttes colorées de sphaignes, a estimé le tribunal.

Il a aussi mis en doute la justification même du projet. Il a jugé "peu réalistes" les hypothèses de chiffre d'affaires et de taux de remplissage des hébergements. Le tribunal a fait remarquer "les incertitudes quant à l'enneigement de la station" puisqu'il neige plutôt moins à Mijanès qu'ailleurs.

Le risque financier serait donc trop grand pour les finances de la communauté de communes et la régie de la station, déjà en déficit structurel, a-t-il dit.

La communauté de communes, qui gère la station, faisait valoir, elle, que le projet n'empêchait pas la survie du grand tétras, qu'il était indispensable au maintien de l'attractivité du site et qu'il signifiait la création de 12 emplois directs et de 14 emplois indirects.

Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Quel est le pluriel de "fil" ?