Conférence nationale du sport, 29 Juin 2011

06 juil 2011 à 22h44 par Denis Cheminade
Le 29 Juin 2011, à l'Insep, Chantal Jouanno a présidé aux conclusions de l'assemblée du sport qu'elle même et Denis Masseglia avaient mis en place. D'Avril à Juin, cent qua­tre-vingts per­son­nes repré­sen­tant les cinq col­lè­ges d’acteurs du sport, État, col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les, mou­ve­ment spor­tif, monde économique et société civile ont réa­lisé un état des lieux et iden­ti­fié les enjeux et les pro­blé­ma­ti­ques du sport. Au final ce sont 313 propositions qui ont été présentées pour changer le sport de demain.
L'exercice, inédit, répondait au souhait du président du Comité national olympique et sportif français, Denis Masseglia de renouveller en profondeur la gouvernance du sport français. Il s'agit de prendre en compte le fait que au-delà de l'Etat et des fédérations sportives de nouveaux acteurs interviennent dans le sport : les collectivités locales, le monde économique, la société civile. Il s'agit de reconnaître ces acteurs. De leur donner la parole et d'aller vers une gouvernance partagée, c'est à dire un nouvel équilibre des forces et des responsabilités.

Que retenir de l'initiative. Au positif, le caractère inédit de la démarche : une première en France. Et aussi que cela a semblé naturel à tous les intervenants de travailler ensemble sur cette thématique. Ce qui étaiit de l'affirmation a commencé à recevoir un début d'application.

Pour le reste on attendait mieux et surtout plus innovant ! 313 propositions issues des ateliers. Cela paraît beaucoup et masque sans doute le manque d'orientations fortes.

La synthèse qui en est donnée à travers 5 thèmes donne une impression de déjà vu, une reprise des priorités de la ministre et du président du CNOSF.
  • Donner sa place au sport
  • Le haut-niveau, l'excellence sportive et les valeurs qu'elle porte
  • L'envadrement (formation), les équipements
  • La professionnalisation des structures et la féminisation des instances
  • La gouvernance
On attendait mieux de cette conférence qui au final se contente de revendiquer plus de place pour le sport et de dresser une liste de doléances. Surtout après avoir assisté à la présentation nationale de la stratégie nationale de développement durable sport. Rien sur la responsabilité sociale du sport, sur la manière nouvelle dont les acteurs du sport pourraient s'organiser pour répondre aux besoins d'une société qui évolue, sur ses engagements, pas de prospective...

Et après la conférence ? Le chapitre gouvernance annonce bien la mise en place de l'assemblée du sport, d'une conférence du sport, de groupes de travail thématiques... Le tout au conditionnel, un conditionnel qui n'engage personne et ne fixe aucun délai de réalisation.

Les chemins de la transformation sont longs et il fallait sans doute en passer par là. Sans doute en secret beaucoup de participants pensaient "on sait bien qu'il faudra en passer par là, mais on n'est pas pressé..." Souhaitons que ceux qui ne partagent pas cette option fassent entendre leur voix. L'existence même de cette conférence prouve qu'ils seraient entendus. Alors nous pourrions espérer les évolutions dont le sport et notre société ont besoin.

La page du site du ministère consacrée à la conférence

La restitution des travaux de la conférence sur le site du CNOSF



Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Combien font huit moins six ? (chiffres)