Assises régionales du sport Ile de France

19 oct 2010 à 09h42 par ancien utilisateur
 A l'occasion de la nouvelle mandature, la Région Ile de France a souhaité revisiter son projet de politique sportive. Francis PARNY, vice président en charge des sports et de la culture a organisé de Juin 2010 à Octobre 2010 une série de rencontres avec le mouvement sportif "Assises régionales du sport". Un atelier était consacré au développement durable.. Vous trouverez ci-joint un extrait des conclusions de cet atelier.
Avec la déclinaison dans le sport de la stratégie nationale de développement durable (prochainement en consultation), l'Agenda 21 de la Région Ile de France, ces travaux constituent une base de travail tout a fait sérieuse pour les réflexions de la Région. Souhaitons que la Région, comme elle l'a fait dans le cadre des ces assises, prolonge ce mode de gouvernance pour aboutir à un programme d'action concerté et partagé.
 
" Réunions du 22 septembre 2010 et 9 Octobre 2010"
 
D’une manière générale les participants (qui ne représentent vraisemblablement pas le dirigeant sportif moyen de l’Ile de France) sont bien informés des questions de Développement Durable et sont familiers de ses principales composantes notamment dans le domaine de l’environnement (déchets, achats, gaz à effet de serre, transport…). Il manque le maillon qui permette de passer des intentions aux réalisations et de démultiplier ces actions en direction de l’ensemble du mouvement sportif francilien. Pour engager une politique de développement durable par et dans le sport, le Conseil Régional peut s’appuyer sur ce noyau d’acteurs engagés, actifs et influents.
 
Thématiques / enjeux abordées au cours des ateliers :
 
 - Sport : dans le cadre du Développement Durable le sport doit être entendu dans un sens large et les actions soutenues par le Conseil Régional doivent dépasser le cadre habituel du soutien à la compétition et s’élargir à ce qu’il est convenu d’appeler le sport de masse et la fonction sociale du sport.
 
 - Développement durable : le Développement Durable ne peut être appréhendé comme un secteur de l’activité sportive. Ce concept doit être appréhendé à la fois comme une thématique transversale à l’ensemble des activités de nos organisations et dans le cadre de la contribution du sport au développement durable des territoires
 
- Equipements : Oui aux équipements structurants si ce soutien est accompagné d’un soutien aux équipements de proximité et d’un soutien aux activités qui seront développées sur ceux-ci.
 
 - L’importance de la fonction sociale du sport et la nécessité de prendre en compte non seulement la pratique elle-même mais aussi tout ce qui conditionne une offre de services sportifs élargie à plus que du sport : garderies pour les familles monoparentales (garde des enfants pendant que le chef de famille pratique), mixité valides - handicapés, soutien scolaire au sein des clubs…
 
- Innovation : Le Conseil Régional devrait soutenir des actions pilotes et instituer un système de bonification au bénéfice des projets qui prennent en compte une dimension développement durable - Soutien, mise en réseau : Au-delà des chartes, déclarations d’intention, outils divers, le mouvement sportif exprime le besoin d’un appui, d’un accompagnement qui favorise le passage de l’intention à l’action. C’est particulièrement important dans le domaine du développement durable car les savoirs sont en cours de construction et les acteurs dispersés et très hétérogènes.
 
- Territoires / gouvernance : une demande forte et renouvelée de démultiplier par des relais appropriés les orientations et actions du Conseil Régional au niveau infra territorial pour favoriser une meilleure coordination entre les acteurs (gouvernance), régler les problèmes au meilleur niveau (subsidiarité) et favoriser la mise en place de politique régionales bottom-up (du bas vers le haut)
 
 - Ressources humaines / professionnalisation : La formation doit constituer un axe fort de l’action à mettre en place. Elle doit être accompagnée d’un programme de soutien de l’emploi qui permette de mettre en place des personnels capables de mettre en place les politiques développement durable imaginées.
 
- La contribution du sport à l’information et l’éducation au Développement Durable. Le sport doit être utilisé comme un relai de la diffusion d’une information et éducation à l’environnement et au développement durable.
 
 - Responsabilité/efficacité : on doit prendre en compte les effets des changements demandés pour anticiper et lever les freins. On donne l’exemple des transports. Le basculement des véhicules personnels aux transports en commun doit être encouragé. Cependant en Ile de France, beaucoup de pratiquants ont de petits revenus (jeunes, retraités) et le recours aux transports en commun est freiné par leur cherté.
 
 Pistes de travail :
 
Dans le domaine du sport et du développement durable, la politique régionale doit être très pédagogique. Il s’agit d’élaborer un discours qui permette au plus grand nombre de pratiquants et de dirigeants d’appréhender le développement durable. Elle doit donner de cette question une vision dynamique et positive et faire du sport un acte social respectueux des hommes et de la planète. Elle doit favoriser et accompagner le passage à l’action.
 
 - La Région devrait clairement affirmer que le Développement Durable dans et par le sport est une de ses priorités politiques et faire le lien entre ce qui est fait dans le sport et ce qui est fait dans les autres domaines d’activité de la Région
 
 - Cette prise de position devrait s’appuyer sur une définition claire de ses priorités objectifs et priorités notamment à travers l’adoption d’une charte (à l’exemple de la charte du sport pour le développement durable). Cette charte doit dépasser les questions d’environnement et le cadre habituel de la «compétition sportive » pour s’ouvrir largement au sport de masse et la fonction sociale du sport.
 
- Le conseil Régional devrait mieux soutenir les responsables associatifs et professionnels du sport par la création d’un centre de ressource régional dont une partie pourrait être porté par le CROSIF ayant pour fonction : o De mettre en réseau les acteurs régionaux du sport et du développement durable, les accompagner par un conseil personnalisé dans le management de leurs activités et projets.
  •  De mettre à disposition du mouvement sportif des ressources mutualisées (banque de données) et de favoriser la capitalisation des bonnes pratiques.
  • De contribuer à la formation des cadres et dirigeants. L’exemple des formations de référents développement durable au moyen des NTIC par le CROSIF est cité. Cette initiative devrait être complétée par un dispositif permettant de capitaliser toutes les bonnes pratiques mises en œuvre au sein de la Région.
  • De susciter la création et la mise à disposition d’outils spécifiques (guides pratiques, éco-manifestations, déchets, transports, outils de communication…)
  • De créer des filières, repérer des opérateurs capables de fournir des produits et des services adaptés aux nouveaux cahiers des charges
 
- Soutenir la création de centres territoriaux des loisirs et des sports au niveau infra régional facilitant la concertation entre mouvement sportif territorial et élus, améliorant ainsi la gouvernance des politiques sportives
 
- Compléter le soutien aux équipements structurants par un programme d’équipements de proximité prenant en compte l’animation pour qu’ils puissent offrir les services attendus.
 
- Soutenir la création de nouveaux emplois en rapport avec le développement durable du sport au sein des organisations sportives et aider à la professionnalisation des structures et des services.
 
- Le Conseil Régional devrait encourager l’innovation, soutenir des actions pilotes et instituer un système de bonification au bénéfice des projets qui prennent en compte une dimension développement durable ou innovantes : mixité valides – handicapés, soutien scolaire et sport, garderies pour les mamans souhaitant pratiquer des APS…
 
 - Le conseil Régional pourrait mieux intégrer les considérations relatives au développement durable dans ses affectations de subsides. Dans le domaine des transports, les aides pourraient aider à la conversion vers des transports plus responsables. Cela nécessitera une période transitoire permettant de créer les nouveaux dispositifs et de permettre l’adaptation des structures et des individus.
 
- Valoriser les bonnes pratiques : labellisation (ou promotion régionale du label développement durable : le sport s’engage), remise de trophées sport et développement durable.
 
- Favoriser un maillage serré du territoire Régional en équipements de proximité accessibles par les transports en commun et répondant aux prescriptions du développement durable (HQE, BBC...)
 
- Développer à travers le réseau des équipements sportifs et le mouvement sportif, des campagnes d’information et de sensibilisation au développement durable « je vis mon sport durable » sur des thématiques spécifiques : alimentation, entraide, déchets…
 
- Inclure le sport dans le cadre des actions de coopération décentralisées du Conseil Régional et soutenir les actions du mouvement sportif francilien dans ce domaine.
 

Envie de réagir, laissez nous un commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Quelle chiffre vient après deux (chiffres) ?